Accueil Coups de coeur

Concours en gares et piano muet

Comme vous le savez déjà et l’avez lu dans un précédent article, la SNCF organise un concours de piano dans cent gares en France.

Celui-ci prend fin le 24 décembre et j’étais “désespérée” à l’idée de ne pas avoir d’élèves qui se présentent à ce concours national. Il s’agit quand même de gagner un piano !!

Lorsque miracle (!!) deux jeunes et talentueuses élèves décident de concourir. Le “timing” est serré ! A l’approche des fêtes, une date unique est retenue : nous enregistrerons vendredi 19 décembre en soirée dans la gare de Poitiers.

 

Concours sur un piano presque muet

Or ce que nous ignorions c’est que le piano était aphone. Le problème est important car malgré nos efforts conjoints pour essayer de ranimer la voix de l’instrument. Rien n’y fait ! De plus, comme c’est un piano public, il est cadenassé de toutes parts et nous n’avons pas accès au cœur du piano.

Nous sommes vendredi soir et personne n’assure l’assistance technique avant lundi matin.

Mes élèves et moi sommes très motivées donc nous parvenons à ouvrir un peu le couvercle du piano afin de faire sortir un peu de son. Je pose un micro directement sur le pupitre du piano.

Et Solveig et Mathilde commencent à jouer…

Et là, je peux vous assurer que nous avons beaucoup de leçons à retenir d’elles.

 

Peut-on jouer du piano sans éprouver de sensations auditives ?

C’est tout à fait possible comme nous l’ont démontré Mathilde et Solveig, mais à condition de bien maîtriser son morceau, de pouvoir imaginer les sons dans sa tête et d’y croire (d’où l’importance du micro posé à proximité) !

Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est agréable de jouer sur un tel piano, les sensations auditives génèrent du plaisir et de l’émotion et les supprimer rend l’exercice plus intellectuel et moins attrayant pour l’interprète et ses auditeurs.

Les deux morceaux (musique des films La leçon de Piano et Bagdad Café) joués par Solveig et Mathilde ont été choisis pour leur puissance émotionnelle, et on le voit sur la vidéo presque personne ne prend la peine d’entendre et d’écouter. On n’est pas attiré par ce que l’on n’entend pas !

En effet, dès lors qu’un chanteur improvisé avec une très belle et puissante voix accompagne Mathilde, dans son morceau “I am calling you” du film Bagdad Café, un attroupement se crée autour du piano…

 

Ressent-on le stress de la même façon ?

Paradoxalement, le fait de jouer sur un piano “aphone” aurait tendance à diminuer le stress lié à la peur de jouer en public devant une caméra. On se sent comme dans une bulle, très concentré, à chuchoter dans son coin…

Et regardez ces deux jeunes filles, leur jeu est souple, lié. Elles paraissent détendues !

Enfin je ne vous souhaite tout de même pas de vivre cette expérience !!

 

Pourquoi vouloir concourir malgré tout ?

La question ne s’est posée que deux minutes. La motivation était là.

On pourrait plutôt s’interroger sur la défaillance des services techniques qui ne se sont pas assurés à la veille de la clôture du concours que le piano était en bon état de fonctionnement.

Comme vous allez le constater, il aurait fallu un ingénieur du son pour apporter une amélioration conséquente au son de la vidéo. En réalisant le montage, on réalise à quel point la gare est un univers sonore… Mais le résultat est tout de même digne d’intérêt !

 

Donc il me reste à dire un grand bravo à mes élèves, Mathilde et Solveig, pour leur talent et leur participation très motivée à ce concours en gares sur piano muet, vous pouvez d’ailleurs leur apporter votre soutien ici pour Solveig et ici pour Mathilde.
Et un grand merci au chanteur inconnu qui est reparti sans nous laisser son nom… D’ailleurs s’il passe par là, il peut nous laisser un message…

 

 

 

 

 

6 Commentaires

Votre commentaire est le bienvenu

Lorsque vous postez un commentaire, votre adresse mail ne s'affiche pas publiquement.
Seuls votre prénom et votre message sont visibles.

23 Partages
Partagez
Enregistrer
Tweetez